MON DEFI – CHANT N°9 – IMPERTURBABLE

 

 

 

IMPERTURBABLE – Marie-Armelle Bénédicte

 

Bonjour les Enchanteurs !

Voici mon 9ème chant pour le Défi chant spontané : “Improviser 1 chant par semaine pendant 3 mois” (« Chant de pouvoir ou d’intention » composé dans l’instant, fichier brut et sans retouches).

 

Lorsque j’ai branché mon micro et “chaussé” mon casque aujourd’hui pour enregistrer , j’ai eu beaucoup de mal à trouver un endroit calme dans la maison. Depuis une première pièce, on entendait un avion passer dans le ciel, depuis une autre, c’était le chien qui haletait pour récupérer d’une bonne balade dans le marais, et dans la troisième, il y avait… une mouche ! Silencieuse était la mouche lorsque je me taisais, mais bavarde dès que j’enregistrais… Et le micro, lui… ne pardonne pas, il capte TOUT ! (Si vous augmentez le son, vous l’entendrez à un moment donné !)

Mais comment donc prendre la chose ? Un peu de réflexion teintée de consternation s’imposait…

PLUSIEURS SOLUTIONS :

  • Changer de pièce (mais il y avait du BRUIT partout !)
  • Reporter l’enregistrement (mais je risquais d’être en retard cette semaine pour respecter les termes de mon défi)
  • Alchimiser l’expérience – enfin plutôt : “almouchiser” l’expérience ! C’est ce que j’ai choisi de faire (et, en prime je me suis amusée…) Alors, pour pouvoir passer à l’action, j’ai continué à réfléchir…

 

PLUSIEURS HYPOTHESES :

  • La mouche vivait sa vie et peu importe si j’étais là…
  • La mouche voulait chanter plus fort que moi…
  • La mouche me proposait son bourdon pour m’accompagner…
  • J’étais en train de vivre un remake de “La princesse au petit pois”, version “La chanteuse à la grosse mouche”…
  • L’Esprit de Rimski-Korsakov***  était parmi nous… C’est ce que j’ai retenu comme hypothèse, ah ah ah !

 

UNE MORALITE :

J’ai donc finalement profité de l’occasion pour faire une impro digne du ***Vol du Bourdon ( = humour) tout en restant IM-PER-TUR-BA-BLE !

Il y aura toujours quelque chose ou quelqu’un pour parasiter ou nous contrarier nos plans,  parfois même de bonne foi, parce que nous n’aurons pas compris ses intentions, ou encore, à dessein, pour jouer les rabat-joie…

Toutefois :

“C’est pas parce qu’on est dérangé qu’on ne peut pas composer pour poursuivre dans sa voix/voie. Et faire mouche… envers et contre tous… Pour que, comme dirait mon pote Cyrano de Bergerac… “A la fin de l’envoi, je touche !”

 

 

 

Photo : Dessin de Gaïachou / Montage MAB depuis Motivator

 

************************************************************

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le livret "Les bonnes pratiques du Chanteur Spontané Débutant"