CHANT ET AYURVÉDA AU CENTRE SAARAM, KERALA, INDIA

Transition 2019-2020… exit le tapage des fêtes de fin d’année et hop, direction le Sud de l’Inde pour découvrir le Kérala en famille un petit mois durant !

Du Mahabharata au Kathakali… Préambule au chant…

Après une vingtaine d’heures de voyage en transitant par le Sultanat d’Oman, nous atterrissons à la capitale, Trivandrum, et nous nous rendons au Centre d’Art et de Culture Satsangam où Maryse Noiseux, Québécoise de naissance, mais Indienne de coeur depuis 40 ans, nous accueille pour une petite semaine, les pieds dans l’Océan Indien, la tête sous les cocotiers. D’ailleurs on a frôlé l’accident de noix de coco !!!

Le destin de Maryse est aussi épique que le Mahabharata, l’épopée sanskrite de la mythologie hindoue ! Elle en connaît tous les détails et peut vous les conter des nuits entières…

Maryse est notamment l’ une des premières femmes – Occidentale qui plus est – à avoir été initiée dans une école traditionnelle de Kathakali, le théâtre-danse sacré du Kérala.

En 2010 son parcours a fait l’objet d’un long métrage de Christiane Ballan, diffusé dans les cinémas d’Arts et d’Essai français.

Maryse Noiseux

Autant le dire, à Satsangam, on a de quoi s’occuper, donc, si vous y allez, libérez bien vos agendas ! Vous pourrez y apprendre à danser, à chanter, à pratiquer les mudras et les expressions du visage et des yeux, à l’oeuvre dans le Kathakali. Et même vous initier au kalarippayatt, l’une des plus anciennes techniques martiales mais aussi médicales connues…

En route vers Saaram…

A ce stade de quasi lévitation – l’Inde, c’est vraiment une autre planète ! -, notre dépaysement exotique nous transporte ensuite trois heures de train plus au Nord, chez Murielle et Joe Ikareth, au Centre d’Ayurveda et d’Arts Saaram de Kottayam.

Joe et Murielle Ikareth

Murielle, c’est la fondatrice de Saaram et son mari Joe, est styliste Haute Couture. Ensemble ils ont, entre autres, créé Moveability, un projet visant à l’intégration des personnes aux besoins spécifiques comprenant une ligne de vêtements et une approche thérapeutique par le Mouvement pour tous.

C’est donc à Saaram, lieu familial peuplé et généreusement authentique, que nous avons choisi de nous poser un peu plus longtemps pour… chanter et bénéficier des innombrables ressources à disposition !

Au préalable, quelques petites précisions s’imposent…

En sanskrit : « ayur » veut dire la vie, « veda », la connaissance. Originaire du sud de l’Inde, l’Ayurvéda constitue un des systèmes naturels de santé les plus anciens (plus de 5000 ans). Son but est de maintenir autant que rétablir notre équilibre grâce à tous les moyens naturels possibles : préparation à base de plantes, massages à base d’huiles médicinales, conseils alimentaires, exercices de yoga et de méditation, techniques de respiration. Il nous encourage à apprendre qui nous sommes, pourquoi nous sommes en bonne santé ou devenons malade, comment faire pour nous prendre en main et accroître notre plaisir de vivre en bonne santé.

A Saaram, tous ces moyens sont donc regroupés sur place pour les hôtes en résidence : consultation du médecin, potions (magiques !), massages à 2 ou 4 mains, formations au massage, séances de yoga, repas délicieux et sains, cours de cuisine et nutrition…

Et question diététique, Murielle est intarissable ! Elle a même rédigé en partenariat avec le Dr Anupama Krishan un livre bilingue sur le sujet Deliciously healthy Ayurvedic Cooking / Délicieusement sain, Cuisine et Ayurvéda.

Avec Smita Pisharady

Chant spontané & chant carnatique

Qui dit cure de santé dit cure de créativité ! Murielle est là pour y veiller.

Elle a fait de l’Inde son pays d’adoption depuis bientôt 30 ans et ses champs d’activités sont multidisciplinaires : danse classique indienne du Bharata Natyam, danse contemporaine, improvisation, théâtre, psychologie, ateliers de Mouvement créatif et accueil d’intervenants pour des ateliers de Chant spontané notamment…

Les conditions sont réunies pour que nous puissions nous « lâcher » et offrir au monde l’expression de notre chant le plus authentique, viscéral ou tonitruant, discret ou inspiré, selon les moments, les humeurs et les individus. J’avoue qu’être loin de la « normalité » des minois ternes et guindés de nos sociétés modernes pseudo-«modèles», favorise assez bien chez moi le lâcher-prise, en l’occurrence j’ai eu l’impression assez étrange de flotter durant tout mon séjour et d’observer les choses depuis un point de vue autre.

Nous rencontrons à Saaram un groupe d’une dizaine de chanteurs principalement français, réunis pour vivre toutes sortes d’expériences sonores autour d’une bienveillance commune jubilatoire et sereine. Par souci de discrétion, je ne peux donner trop de détails sur la constitution de ce groupe, mais ce qui est sûr, c’est que nous y découvrons des personnes formidables et qui « jouent le jeu » à chaque instant.

Christophe Boyer

C’est Christophe Boyer, éveilleur de voix, qui encadre notre groupe. Christophe est par définition “l’Explorateur-au-long-cours du Chant spontané”, dont il partage l’approche avec talent, tant sur le terrain (stages, ateliers, concerts…) qu’à travers l’écriture : “Le Tao du chant spontané“, ou l’audiovisuel, avec la réalisation actuelle d’un film documentaire très attendu sur le sujet…

L’Animation qu’il nous offre est de haute qualité humaine et les propositions d’une profondeur rare, d’un vécu éclairé, avec un sens raffiné et percutant de la formulation, sans dogme ni prosélytisme. Liberté y est le maître mot.

C’est un voyage d’êtres, dans l’instant et la durée, par lequel les racines sont revisitées et les frontières franchies, sans retour en arrière possible.

L’Inde, berceau de l’Humanité y est évidemment pour quelque chose : le chant n’est pas le même en telle ou telle place, tous comme les échos qu’il nous renvoie…

Un autre volet de ce séjour est ma rencontre avec Smita Pisharady, musicothérapeute, musicienne et chanteuse, qui m’initie à la musique carnatique en cours individuels… J’y découvre tout d’abord une approche totalement fascinante (mais quel niveau ils ont ces musiciens indiens !) et également un fonctionnement cérébral spontané assez inédit qui mérite une petite digression (voir l’encadré en fin d’article).

Ici pour illustrer, voici deux vidéos publiées sur la page facebook Le Chant spontané : apprentissage en cours & bilan de notre rencontre autour de la musicothérapie et du chant …

Clin d’oeil à ceux qui aimeraient se former au chant carnatique, sachez que Smita n’intervient pas qu’à Saaram, mais également sur WhatsApp. La technologie au service de la Tradition ! Pour la contacter : +91 9188445701

Murielle et Joe Ikareth bientôt en France

Avant-goût du Kérala, ce court article est loin de relater le centième de ce que j’aurais à écrire !

J’aurais pu parler des touk-touk, des fils électriques, des temples, de la conduite à gauche, des grèves, des éléphants, des épices, des saveurs, des couleurs, et de tout ce qui est beaucoup moins rose, aussi… J’aurais pu dresser des portraits d’humains, d’animaux, de paysages visuels ou sonores ou encore approfondir l’aventure intérieure…

Mais qui sait, peut-être aurez-vous l’occasion de vous y rendre un jour prochain et de vivre votre propre expérience.

En attendant, c’est Murielle et Joe qui arrivent en France au printemps pour… de nouvelles aventures !

Joe viendra y présenter son projet Moveability Clothing. Plus d’infos ici : TEDx Empathy in Design

Et Murielle animera d’avril à octobre 2020 des Ateliers & Stages sur le thème « L’Ayurvéda en mouvement ». Télécharger la plaquette de présentation.

Pour le moment, deux rencontres sont déjà prévues :

  • 16 et 17 mai 2020 : Ateliers Découverte et Week-end. Lieu :  Les jardins d’Alinéas – Gare de la Ferté-sous-Jouarre (40 minutes de Paris en train)
  • Du 1er au 5 juillet 2020 et du 24 au 28 août 2020 : 2 Stage de 5 jours. Lieu : Ecogîte Le Jardin – Gare de Durtal, près d`Angers, 2h30 de Paris en train.

Où que vous soyez, si vous souhaitez organiser une intervention chez vous ou dans votre structure ou bien participer, voici ses coordonnées : murielleikareth@gmail.com / Whatsapp : +91-9388882571

Dans tous les cas, soyez assurés en rencontrant le couple Ikareth d’une expérience aussi exotique qu’enrichissante, tout ça dans le rire et la bonne humeur !

Inoubliable !

                                 

APPRENTISSAGE ET OUVERTURE DE CONSCIENCE… À un moment donné, devant la nouveauté, le décalage horaire, la fatigue de fond, le dépaysement, la saturation d’informations, la nécessité à la fois de chanter des airs inconnus, dans des gammes précises, avec un timbre de voix « indien », en tapant de la main un rythme spécifique, avec des gestes et des doigts bien déterminés, le tout en sanskrit mais expliqué en anglais, heu… il se produit comme un bug mo-nu-men-tal. La conscience et le cerveau sont alors obligés d’ouvrir une sorte d’espace/de plage de fréquences dédiées. Il s’agit d’un “lieu” spécial dans lequel tout l’apprentissage se déroule de façon autonome ET en dehors de toute volonté. Une forme d’autohypnose… Mais à l’instant où je me dis, « Oh tiens, j’y arrive alors que c’est quand même super difficile ! », à l’instant donc où je me dissocie du phénomène, alors tout s’écroule, l’erreur et la confusion s’installent… Il faut alors rouvrir cette plage de conscience et retourner dans cet état/fréquence d’apprentissage « immanent ». Finalement, cet état ressemble en partie à celui dans lequel nous nous plaçons pour pratiquer le chant spontané… Cela pourrait aussi s’apparenter au phénomène de « science infuse » ou de téléchargement spontané d’informations et de potentiels pré-existants.. C’est tellement puissant. Et c’est une faculté dont nous disposons tous. Malheureusement et comme par hasard, ce n’est pas la voie qu’ont emprunté nos méthodes d’enseignement, n’est-ce pas ? Schématiquement, nous apprenons depuis notre enfance en rabâchant de façon plutôt séquentielle : grand 1, grand 2, grand 3, petit a, petit b, petit c, thèse-antithèse-synthèse, tout avec la tête, peu avec le corps, et encore moins grâce aux voyages ni aux états de conscience modifiés… Ma conclusion est la suivante : j’ai découvert, que même dans le cadre d’un apprentissage formel technique et compliqué, en l’occurrence ici le chant carnatique (et pas seulement dans un cadre dit « spontané »), se placer dans une telle posture permettait d’apprendre des quantités de fois plus vite qu en employant les chemins traditionnels. La vraie difficulté est de conserver cet état en y restant totalement associé, ce qui suppose être totalement conscient sans en être conscient ! J’en avait déjà eu l’intuition, il y a quelques années et j’avais essayé d’expliquer cela à un professeur de chant (car c’est mieux si le professeur comprend le processus, auquel cas il n’interfère que très parcimonieusement et lui laisse le temps de s’installer…) Non seulement il n’avait pas compris, mais il avait ironisé. J’avais donc considéré que j’avais tort – après tout je n’étais que l’élève – et oublié la chose. Aujourd’hui, pour l’avoir vécu tranquillement, sans avoir été coupée dans cet élan par Smita (même si elle ne voyait pas ce que je vivais), je sais que c’est vrai et que ça fonctionne puisqu’elle m’a confirmé avec étonnement ma rapidité à répéter son enseignement. Bien sûr l’exploration reste à poursuivre assidûment. Je partage cette information pour encourager quiconque souhaite apprendre autrement à explorer par lui-même ce type d’approche en se disant que c’est possible ! Bon, ça ferait vraiment beaucoup de réformes à entreprendre dans les écoles, lycées, universités et autres conservatoires tout ça, hein… ! Aucune chance que ça arrive. Mais nous, à un niveau personnel, on peut y aller, il n’y aucune permission à demander sinon s’accorder cette grâce et ce savoir à nous-mêmes ! Comme quoi l’Inde et le chant mènent à bien des surprises

Rencontre à la réserve de Kumilly….Chemin faisant, l’Éléphant élimine les obstacles pour libérer la voie…
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.